RSS

Les voyages

A Saint-Pierre Fourier, nous accordons une grande importance à la découverte des pays qui nous entourent. L’ Europe est vaste, et sa découverte fait partie de la culture de tout à chacun. La découverte, pour les plus petits de notre région est aussi capitale, et dans cet objectif, les sorties à Gray et ses alentours seront mises en valeur sur la page d’accueil au fil du temps.

Voici quelques belles réalisations de ces dernières années (qui raviront nos anciens élèves, sans doute !)

Voyage Barcelone-Majorque 2018

La Cathédrale – Photo DROMARD Sam

Cette année, destination Barcelone puis Majorque. Du bus et du bateau donc. 57 élèves et 4 profs motivés et en avant pour une découverte de l’une des perles de la méditerranée. Barcelone, pour certains, c’était la première fois et ils ne sont pas prêt de l’oublier. Même si l’étape était trop courte, les ramblas et le marché de la Boqueria laissent toujours un joli souvenir. Le soir, embarquement assez fun sur le Trancendia, un navire de 32000CV de la flotte de Transmediterranea.

L’Île de Majorque, la plus grande des Îles Baléares, ne mesure que 75 km du Nord au Sud sur 100 km de l’Est à l’Ouest, mais ses paysages typiquements Méditerranéens varient des plaines centrales fertiles où les figuiers, les amandiers et les orangers et citronniers fleurissent, aux falaises abruptes de la côte Nord-Ouest. La ville de Palma située dans la magnifique Baie de Palma est un refuge naturel bien abrité.

Les élèves, attirés par les plages quasi vides en cette saison ) on ose imaginer en juillet-août !) ont pu se baigner dans une mer déjà chaude.

Mais Mallorca (c’est comme ça que les insulaires l’appellent) réserve d’autres surprises. L’artisanat local y est riche et même s’il tend à disparaître au profit d’un tourisme plus lucratif, verreries, fabriques de perles et musées nous entraînent dans un passé émouvant.

Georges Sand et Frédéric Chopin ne s’y étaient pas trompés. Majorque est un havre de paix pour peu qu’on s’éloigne des routes touristiques. Et comme le disait Madeline, une de nos élèves.

“Ici, j’ai les yeux qui explosent de bonheur ! “

La formule est simple et délicieuse et résume si bien notre voyage.

Alors, que dire de plus ?

Voyage à Prague – 2017

Classes de 3PP, Lycée

Devant chez Michal

Cette année au Lycée, c’est Prague que nous choisissons comme destination. En effet, après Budapest, Zagreb et Ljubljana, les tchèques allaient devoir nous accueillir !

4 jours de bonheur dans une capitale extraordinaire.
Allez, un peu d’histoire :
L’Antiquité :
Vers 200 avant JC, les Boïens, un peuple Celte, installe un campement au sud de l’actuelle ville de Prague. La région sera prise par les Marcomans, les Avars puis les Slaves.
Il est difficile de parler de la fondation de la ville mais le site est occupé depuis longtemps et des vestiges plus importants sont attestés dès le IXéme siècle.
Le Moyen-Âge :
En 973, Prague devient un évêché. Des deux cotés des rives de la Vlatva des villes se développent reliées dès 1170 par un pont de pierre commandé par Vladislav II.
Sur la rive est, la vieille ville de Prague peuplée de Tchèque et de Juifs se développe et sur la rive ouest : Mala Strana est fondée en 1257 et accueille une forte communauté allemande.
Le roi de Bohême, futur empereur germanique Charles IV, fait construire le pont Charles, la cathédrale Saint-Guy et l’université. La ville connaît alors, au XIVéme siècle, un développement sans précédent.
En 1355, Prague devient la capitale du Saint Empire romain germanique.
Jan Hus lance à Prague les débuts de la Réforme, sa mort en 1415 sur le bûcher marque le début des guerres hussites qui vont troubler la ville durant le XVéme siècle, la ville passe alors sous domination slave.
XXe siècle :
En 1918, Prague devient la capitale de la Tchécoslovaquie. Jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale, c’est une période prospère pour Prague qui continue sa modernisation. La vie culturelle y est toujours intense et rayonne dans toute l’Europe, notamment avec le cubisme.
Les troupes d’Hitler entrent dans Prague dès mars 1939. La communauté juive est décimée mais la ville ne soufre pas des bombardements.
Le 9 mai 1945, l’armée rouge libère la ville. En 1948, les communistes obtiennent tous les pouvoirs après le coup de Prague.
En 1968, le Printemps de Prague, une révolte populaire, est écrasé par les tanks allemands.
En 1969, Prague devient la capitale de la République Socialiste tchèque. La ville connaît de nombreuses modernisations.
En 1990, la Révolution de Velours marque la fin de la période communiste, de nombreux symboles de la dictature sont détruits.
Le 1er janvier 1993, Prague devient la capitale de la République Tchèque et en 2000 elle nommée capitale européenne de la culture.
Autant dire que cette histoire est riche !
Au final, tous rentrent avec de merveilleux souvenirs et quelques photos hors du commun.

Voyage du collège à Amsterdam et Bruxelles

classes de 4ème et 3èmemai 2011

Les Pays-Bas sont un petit pays, certes, mais la population y est inversement dense, avec plus de 16 millions d’habitants, dont 750.000 pour Amsterdam. Cependant, si cette dernière est la capitale depuis 1815, la Cour et les pouvoirs publics se trouvent à La Haye. Amsterdam, forte de sa réputation justifiée de ville jeune, branchée, cosmopolite et permissive, attire un grand nombre de visiteurs venus du monde entier apprécier, entre autres par des ballades en bateau-mouche, le romantisme de ses cent soixante-cinq canaux (dont surtout Herengracht, Keizersgracht et Pinsengracht), la succession de ses 1289 ponts (!) et les pignons de ses façades. Les musées sont de réputation mondiale : le Rijksmuseum dispose d’une grande collection de peintures du XVe au XVIIe siècle et surtout celles de Rembrandt, Vermeer et Frans Hals. Quant au musée Van Gogh, il comprend deux cents peintures et cinq cent dessins du « peintre maudit ». Ajoutons le Stedelijk Museum et une annexe du musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg. La visite des maisons de Rembrandt et d’Anne Frank ainsi que celle du musée maritime (navires de la célèbre Compagnie des Indes orientales), les ruelles du quartier de Jordaan et ses béguinages ou hospices complètent la très riche palette touristique d’Amsterdam.

La capitale des Belges, qu’ils soient Wallons ou Flamands, joue également le rôle de capitale européenne puisqu’elle est le siège de plusieurs institutions, telles le Conseil européen, la Commission européenne ou encore le secrétariat général du Conseil des ministres. Les langues officielles de la Belgique sont le français et le néerlandais, et Bruxelles en est la capitale bilingue. À Bruxelles, la statuette de la fontaine du Manneken-Pis le rendez-vous favori des touristes. Même ma Grand-Place, son hôtel de ville et les façades baroques de ses maisons des corporations peinent à rivaliser…
Les musées Art Nouveau (avec le musée Horta en point d’orgue), la palais du parc du Cinquantenaire, l’avenue Louise, la maison d’Erasme, le marché aux puces des Marolles, la cathédrale Saint-Michel l’église Notre-Dame-du-Sablon sont les autres arguments de la capitalen outres se musées de renom, tels les musées royaux des Beaux-Arts et le musée d’Art Moderne.

Hervé PROENÇA

Sicile 2011 – Lycée

l’Etna gronde

De Palerme…à Palerme ! Cette année, c’est la Sicile qui a retenue notre curiosité…Berceau de la civilisation méditerranéenne, cet endroit magnifique serait issue d’une légende disant qu’un pêcheur aurait perdu un diamant dans la mer et Saint-Pierre (pas Fourier…l’autre…) dans sa grande mansuétude, l’aurait transformé en une île baptisée Sicile… Au final, ce petit coin de paradis a tout pour lui ! Immense patrimoine archéologique, puissance économique notable (grenier à blé de l’ Italie) et identité sicilienne toujours présente…le Sicilien est fier de son île, et le fait savoir ! Faites une ballade à Palerme dans un des quatre grands marchés typique et vous verrez, sentirez et écouterez la vraie vie locale. Point culminant du voyage, et de l’île…l’Etna nous a offert une ballade quasi lunaire et le soir, comme pour nous remercier de notre passage il nous a salué d’une petite éruption visible depuis l’hôtel ! En fait, partout ou l’œil se pose, l’esprit, ici, s’éveille, le rêve prend le dessus… Nos élèves en ont fait la grandiose expérience et ce voyage restera sans nul doute, une de leur plus belle destination…

le plein d’images ici : Sicile

Samuel Dromard

En 2012…Balade à Zagreb, Ljubljana et Venise

Couleurs de Burano

Cette année encore, le traditionnel voyage pédagogique du lycée allait éblouir nos élèves… mais les professeurs également !
Ainsi, le projet visait la découverte de trois cultures différentes, suite à l’escapade sicilienne de 2011.
Tout d’abord, ce fut Venise ainsi que ses îles voisines : visite de la place Saint-Marc, du Palais des Doges ou encore du Pont des soupirs le matin, puis des verreries de Murano ou encore des rues arc-en-ciel de Burano l’après-midi, le tout sous un magnifique soleil pour de plus belles photos encore !
La deuxième étape nous mena aux grottes slovènes de Postojna, faites de galeries de plusieurs dizaine de kilomètres (d’où l’utilité du petit train !) avant la magique capitale Ljubljana, son château médiéval

surplombant toute la ville, ou son triple pont inimitable, le Tromostovje.
La fin du périple passa par les lacs et cascades naturels croates de Plitvice – l’un des premiers sites classés au patrimoine de l’Unesco, en 1979 – avant la capitale Zagreb, ville de plus d’un million d’habitants qui n’oublie cependant pas son vieux marché en plein cœur de la ville, le Dolac.
Trois villes, trois pays, trois destinations proches géographiquement mais tellement différentes malgré de nombreux points en commun : voici certaines des richesses de notre vieux continent européen qu’ont pu découvrir et savourer nos élèves, pour encore plus d’ouverture à l’Europe que jamais !
En attendant la prochaine destination de 2013, les lycéens ainsi que toute l’équipe pédagogique du lycée St Pierre Fourier souhaitent remercier tous les acteurs de cette réalisation.

Beaucoup d’images ici : Venise

Hervé Proença

Budapest 2010, l’esprit hongrois

La belle hongroise

Buda-Pest…2 villes en une…Une merveilleuse ballade dans les boucles du Danube, dans cette ville plusieurs fois millénaires, qui vous prélasse, vous enlace, sans jamais vous lasser ! Goûter à la gastronomie hongroise, aux délicieux bains (Gellert, Széchenyi…), vous en reviendrez émerveillé ! Les élèves en tous cas, ont adoré et la visite des bains Gellert restera sans doute gravée dans leurs mémoires…

Un peu d’histoire…

Du temps de l’Empire romain, la ville se situait sur la rive ouest du Danube et était connue sous le nom de Pannonie. Il en reste encore des ruines à Budapest, notamment un vieux camp militaire. La Hongrie a été influencée par l’affaiblissement de l’Empire romain et l’invasion des tribus germaniques. Attila, roi des Huns, un homme connu et craint, a passé beaucoup de temps en Hongrie, et on dit que sa tombe se trouve quelque part en Hongrie, bien que personne ne sache vraiment si c’est vrai.

Les magyars (Hongrois), conduits par Arpád, sont venus dans le bassin des Carpates aux alentours de 896. Les tribus ont ensuite été dirigées par Geza, qui a eu l’intention de christianiser la Hongrie. C’est seulement son fils, Vajk, plus connu sous le nom d’Etienne, qui y parvint. On dit qu’il a reçu la couronne du Pape le 24 décembre de l’an 1000. Après cela, il a christianisé le pays, et bien qu’il rencontra certaines résistances, il y parvint.

Arany JanosL’étape suivante importante dans l’histoire de la Hongrie est l’invasion mongole. Ils sont venus en 1241 et ont pillé, tué et détruit d’importantes parties de la Hongrie. En réponse, le roi Bela IV a construit des châteaux en pierres, qui devaient les protéger au cas où les Mongoles reviendraient. A cette époque, la capitale de la Hongrie a été transférée à Buda.

Mais la menace n’est finalement pas venue des Mongoles, mais des Turcs. Ils sont venus du sud, et de nombreuses batailles ont été menées contre eux. Une victoire célèbre a été gagnée en 1456 au siège de Nándorfehérvár. Mais rien ne dure jamais éternellement. En 1526 les Turcs ont vaincu les Hongrois à Mohács, et en 1541 ils sont entrés dans Buda et ont occupé la ville. Pendant cette période, une partie de la Hongrie appartenait aux Turcs, une partie à la Transsylvanie, et une partie aux Hongrois/Habsbourgs. En 1686 la Sainte Ligue a reconquis Buda et les Turcs ont du quitter le pays.

Après cela, les Habsbourgs ont contôlé et gouverné les Hongrois, et de nombreuses révoltes ont eu lieu à cette époque. En 1848, on crut que les Hongrois réussiraient à trouver leur indépendance, mais en 1849, les Autrichiens ont repris le dessus, et encore une fois, la liberté n’est restée qu’un rêve. Le temps qui a suivi les Autrichiens ont quand même donné plus de libertés aux Hongrois, et lorsque les troupes autrichiennes ont été vaincues en 1918, les Hongrois se sont déclarés indépendants. Tirant profit des circonstances, le parti communiste a réussi à conquérir le pouvoir et ont contrôlé la République soviétique hongroise pendant trois mois en 1919.

Le régime communiste est vite arrivé à sa fin, et a été suivi par une autre tragédie (aux yeux de nombreux Hongrois): le traité de Trianon par lequel 2/3 du territoire du pays a été perdu, et seul 1/3 est resté hongrois (qui correspond à ce que nous appelons aujourd’hui la Hongrie). Pendant la Seconde guerre mondiale, les Hongrois se sont battus aux côtés des Allemands, mais ils ont essayé de se retirer de la guerre en 1944. Les Allemands ayant eu vent de ce projet ont immédiatement occupé le pays. La liberté a ensuite été retrouvée à l’aide des troupes communistes en 1945.

Les communistes ont gouverné le pays de 1945 à 1989 (à part une petite période pendant la révolution de 1956). Depuis que la Hongrie a retrouvé toute son indépendance en 1989, et bien que la politique puisse paraître un peu instable, la liberté a été regagnée et le pays est sur la bonne voie. La Hongrie est membre de l’Union européenne depuis 2004.

Les images ici : Budapest

Samuel Dromard

Publicités
 

Les commentaires sont fermés.